L'Express

Cette campagne est sans doute la première, depuis les débuts de la cinquième république, qui se termine sans qu’y soient évoquées sérieusement les questions culturelles ; sans que des comités de soutien rassemblent des artistes, des écrivains, des musiciens prestigieux, appelant à voter pour l’un ou pour l’autre des candidats ; sans que chaque prétendant au poste suprême n’ait fait connaitre, d’une façon ou d’une autre, l’importance qu’il attache à cet enjeu.

Lire la suite...